Gavicole

Les avantages de la gestion multi-fermes dans l’aviculture moderne

gestion multi-fermes aviculture

Les avantages de la gestion multi-fermes dans l’aviculture moderne

La gestion multi-fermes consiste pour les groupes avicoles modernes à gérer plusieurs sites de production de manière centralisée. Face à des exploitations de plus en plus grandes, ce modèle en plein essor présente de nombreux avantages.

I. Gains de productivité indéniables

La gestion multi-sites offre tout d’abord des économies d’échelle substantielles sur de nombreux postes. En mutualisant ses achats d’aliments pour volaille, de poussins ou de matériels, un groupe peut obtenir des tarifs préférentiels auprès de ses fournisseurs. De plus, la planification centralisée de la production permet d’optimiser les flux logistiques entre unités pour un meilleur équilibrage de l’offre et de la demande.

L’organisation du travail s’en trouve facilitée avec la spécialisation de chaque ferme sur certaines tâches spécifiques et le partage de compétences avancées entre sites. Des vétérinaires ou des techniciens experts peuvent par exemple intervenir ponctuellement sur l’ensemble du périmètre.

Cette taille critique atteinte par les groupes avicoles leur permet enfin d’investir plus aisément dans les dernières innovations technologiques, comme des poulaillers intelligents dotés de la surveillance vidéo et de systèmes avancés de contrôle de l’ambiance.

II. Sécurisation sanitaire des élevages

Ce modèle multi-sites améliore aussi sensiblement la sécurité sanitaire des troupeaux. En effet, les contrôles sont standardisés et centralisés suivant des protocoles stricts applicables à l’ensemble des fermes. Cette harmonisation garantit une traçabilité parfaite sur toute la chaîne.

L’organisation de la production sur plusieurs unités isolées permet également un compartimentage facilitant l’endiguement de maladies. Effectivement, si une infection survient sur l’un des sites, seuls les animaux concernés sont alors exposés. Des mesures d’isolement et de détection précoce des symptômes peuvent aussi être rapidement déclenchées grâce aux équipes d’encadrement vétérinaire mutualisées.

Enfin, les plus grands groupes peuvent accéder à des technologies de pointe en matière de suivi sanitaire, comme des solutions de monitoring en temps réel de la température et de la consommation d’eau des animaux. De quoi encore réduire les risques d’affections du cheptel.

Une surveillance sanitaire de pointe 

Ces groupes avicoles déploient des systèmes high-tech de surveillance en continu des animaux. Des capteurs intelligents disséminés dans les bâtiments d’élevage remontent, en temps réel, une multitude de données : température, humidité, ventilation, qualité de l’air, mais aussi poids moyen, index de consommation, courbes de ponte, activité et comportement alimentaire des poules…

De puissants algorithmes analysent alors ces informations à la recherche du moindre signal faible. Le but : détecter de manière précoce le moindre début d’anomalie dans un troupeau, qu’elle soit infectieuse ou liée aux conditions d’élevage. Des plans d’action préétablis permettent de réagir immédiatement.

Ces technologies de pointe viennent renforcer des process déjà rigoureux de biosécurité, avec des barrières sanitaires infranchissables entre zone d’élevage et zone publique, des sas, des tenues dédiées, ou encore des procédures strictes de nettoyage-désinfection sous monitoring méthodique entre chaque bande de volailles.

III. Empreinte carbone optimisée 

Grâce aux volumes considérables négociés auprès des fournisseurs, les aliments pour volailles sont produits à moindres frais environnementaux, avec des importations limitées de soja OGM. Surtout, la mutualisation des moyens permet de substantielles économies d’énergie. Rien que sur l’électricité, la consommation annualisée par poule pondeuse est réduite de 20 % !

Autre optimisation d’ampleur : la méthanisation des fumiers ainsi concentrés sur quelques sites dédiés. Outre la production de biogaz, ceci génère un digestat enrichi ensuite épandu en substitution d’engrais chimiques sur les cultures environnantes. Enfin, avec des centres d’emballage implantés au plus près des bassins de consommation, l’empreinte carbone liée au transport des œufs est également contenue.

IV. Des éleveurs fiers de leur métier 

Ces groupes proposent à leurs éleveurs salariés de véritables parcours de formation continue. L’investissement dans les dernières innovations productives permet de maintenir un haut degré d’expertise et des pratiques d’avant-garde au sein des équipes. Rompus aux outils digitaux comme aux questions sanitaires complexes, ces professionnels qualifiés voient leur employabilité renforcée.

Par ailleurs, un dialogue actif est noué avec les parties prenantes locales, via des journées porte-ouvertes, réunions d’information ou lettres d’information aux riverains des fermes. Des comités consultatifs sont même mis en place pour recueillir l’avis des habitants et répondre à leurs questions. Une démarche véritable de transparence et d’acceptabilité sociétale.

« Concentrer pour mieux distribuer » : la recette gagnante

Finalement, le pari de la gestion multi-sites à grande échelle dans l’aviculture semble tenir ses promesses. Certains verront dans ces « ferme-usines » une démesure technologique inquiétante. Pour autant, les faits sont têtus : concentration rime ici avec responsabilité.

Responsabilité économique d’abord, en tirant parti des économies d’échelle pour contenir les coûts de production. Avec 20 % de productivité supplémentaire, les « poules des champs » de nos grands-parents — aux rendements faméliques – feront bientôt figure de lointain souvenir.

Mais aussi et surtout responsabilité sanitaire et écologique. Car ce sont précisément ces outils high tech, ces investissements massifs et cette taille critique qui permettent d’atteindre le « triple A » de la traçabilité, de l’autonomie alimentaire européenne et enfin de l’agroécologie.

Reste à mettre en place une acceptabilité sociétale à la hauteur des autres défis. À l’heure des circuits courts, il revient à ces géants avicoles de prouver que « small is beautiful », mais que « big is sustainable« . Un enjeu d’avenir pour réconcilier consommateurs et productivité, sous le signe d’une transparence sans faille.

× Une question ?